Accueil Magazine d'information sur les activités de l'institut Annuaire spécialisé du Liège Formulaire - Coordonnées de l'IML et plan d'accès
 
Le Liège : les utilisations
 

Son utilisation principale reste bien sûr le bouchon. Ou plutôt les bouchons, tant il en existe des différentes sortes :

le bouchon en liège naturel : fabriqué avec les lièges de meilleure qualité, ce bouchon est composé d'une seule pièce et il subit un minimum de transformations au cours de son processus de fabrication. Il est destiné aux vins de garde.

le bouchon en liège colmaté : le colmatage permet d'utiliser les bouchons en liège naturel présentant des défauts de surface ; ces défauts sont comblés avec de la poudre de liège mélangée à une colle spéciale qui fonctionne comme un ciment. Ce type de bouchon est utilisé pour les vins de consommation courante de qualité intermédiaire.

le bouchon en liège aggloméré : il est composé granulés provenant principalement du liège restant après le tubage du liège naturel ou des lièges trop minces. Ces bouchons doivent être réservés aux vins mousseux ou de consommation rapide (moins de 2 ans).

le " 1+1 ": le corps de ce bouchon est en liège aggloméré tandis que les deux extrémités sont composées d'une rondelle de liège naturel : le vin est donc en contact avec du liège de bonne qualité ce qui assure une bonne étanchéité.

le bouchon technologique : bouchon fabriqué à partir de farine de liège traitée afin d’éliminer toute déviation organoleptique tout en conservant les propriétés technologiques du liège.

le bouchon de champagne : facilement reconnaissable, composé d'un corps de gros diamètre en liège aggloméré auquel sont ajoutées 2 rondelles de liège naturel de très bonne qualité pour optimiser l'étanchéité. Le bouchon de champagne n’a pas la forme en « champignon » à l’origine, il ne l’acquiert qu’après avoir été soumis à la pression à l’intérieur du goulot de la bouteille.

 


Attention : ceci n’est pas du liège !

Malgré leur aspect et leur couleur, ces bouchons ne sont pas en liège mais en matière synthétique. Les cavistes préfèrent souvent employer le terme de « résine », moins péjoratif, mais ne nous y trompons pas, il s’agit bel et bien de plastique issu de l’industrie pétrochimique. La malhonnêteté des fabricants les pousse néanmoins à imiter l’aspect du liège, alors qu’ils sont les premiers à dénigrer ce matériau naturel et renouvelable qui a fait ses preuves depuis des siècles. Le plastique ne s’assumerait-il pas ? N’oubliez pas qu’acheter préférentiellement des vins bouchés avec du liège, c’est participer indirectement à la préservation de la forêt méditerranéenne, à sa protection contre les incendies et à la lutte contre le réchauffement climatique.
Un petit truc pour identifier un bouchon, le brûler : si ça sent le plastique, c’est que ça en est !

 

 
HAUT

 

Réalisation du site : CL'in design multimédia 04 68 54 33 25